MALADIE DE LYME


 

La maladie de Lyme fait l’objet aujourd’hui de nombreux débats et controverses, du fait de son polymorphisme, des difficultés diagnostiques et des difficultés de prise en charge des formes tardives.

De façon plus générale, c’est l’ensemble des maladies transmissibles par les tiques qui font l’objet de controverses, compte tenu du déficit de connaissances précises sur les agents pathogènes qu’elles transportent et qu’elles peuvent transmettre à l’homme.

C’est pourquoi la Ministre chargée de la santé a diffusé, fin 2016, un plan de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques. Son objet est de répondre concrètement aux inquiétudes légitimes exprimées par les citoyens et les associations.
 

Ce plan comprend 5 axes dont les principaux pour les Agences régionales de santé concernent des actions de prévention et la mise en place de filières de soins pour lutter contre l’errance médicale.

1/ les actions de prévention

L’Agence nationale de Santé Publique a élaboré des documents d’information, élaborés avec la Direction Générale de la Santé,

sur la prévention des maladies transmises par les piqûres de tiques afin prévenir ces pathologies. Cette campagne d’information comprend :

  • Un nouveau dépliant sur la prévention de la maladie de Lyme « Les conseils de Prudence » à destination des enfants ;
  • Un dépliant « Maladie de Lyme » qui informe la population sur les risques induits par les piqûres des tiques et l’incite à adopter des gestes de prévention ;
  • Un dépliant synthétique d’information en direction des professionnels de santé de la collection « Repères pour votre pratique » intitulé « Prévention de la Borréliose de Lyme ».

(Vous trouverez ces documents dans le lien ci-joint)

Par ailleurs, que 2000 panneaux (au niveau national) seront très prochainement installés à l’orée des forêts par des agents de

l’ONF (Office National des Forêts). Enfin en lien avec l’INRA (Institut national de recherche agronomique), une application smartphone sera mise à disposition du public afin de l’informer sur les tiques, les mesures de prévention individuelle et de permettre le signalement des piqûres de tiques.

2/ La mise en place de centres spécialisés de prise en charge

La Haute Autorité de Santé (HAS) a constitué le groupe de travail, comprenant les associations, et organisé les premières réunions visant à élaborer

le protocole national de diagnostic et de soins (PNDS). Différentes réunions sont programmées d’ici à septembre 2017 où ce PNDS sera publié.

Dès publication de ce protocole, les ARS seront mobilisées via une instruction pour à la fois désigner des centres spécialisés de prise en charge pour mettre en œuvre ce PNDS et organiser des formations pour les médecins de 1er recours.
 

Dr Manuel Munoz Rivero | Responsable du Département Veille et Sécurité Sanitaire

DSPE/Département Veille et Sécurité Sanitaire
Tel. direct : 04.13.55.82.93.


_____________________________

l ARS Paca, une agence, une région,
pour une meilleure santé

www.paca.ars.sante.fr