Vaccinations obligatoires ?

Vaccinations: obligatoires ou pas ?

COMMUNIQUE DU PROFESSEUR DIDIER RAOULT

 

Le gouvernement vient de promulguer une obligation vaccinale pour onze vaccins. Il n’est pas question de ne pas respecter la loi, toutefois, la réflexion vaccinale, de mon point de vue, doit pouvoir se poser d’une manière approfondie afin d’éviter de perpétuer le conflit entre les pro- et les anti-vaccinaux(1). Le choix d’une vaccination obligatoire est un choix qui est très peu répandu dans le monde et qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité et la politique française est contestée dans les deux plus grands journaux scientifiques, Science(2) et Nature(3). En revanche, dans l’obligation vaccinale tout doute quant à son innocuité (qui pourrait surgir, chez tous les enfants vaccinés), entraînerait la responsabilité directe de l’Etat. Ceci n’est pas le cas, s’il y a une démarche volontaire et acceptée par une personne (ou par la famille d’un enfant) à qui a été recommandé, par son médecin, d’avoir une vaccination. Par ailleurs, un élément important se fait jour qui est celui de l’importance des effets secondaires en fonction de la manière dont un acte agressif est prescrit. Nous avons des éléments récents qui montrent que l’effet « nocebo » est dépendant de l’explication et de l’acceptation du geste traumatique. Ceci a été bien étudié pour les examens par RMN et les ponctions lombaires. Il a même été identifié sur le plan radiologique le circuit cortico-spinal associé aux douleurs liées à l’effet « nocebo ». Ainsi la préparation médicale à la vaccination, diminuera l’effet « nocebo »(4).

Il est logique de penser que dans une situation d’alerte épidémiologique grave, l’Etat prenne des décisions de sauvegarde de la population générale du fait de la menace considérable. Il n’est pas clair que l’obligation vaccinale actuelle, comparée à la recommandation vaccinale, pour les onze vaccins en question, réponde à une urgence de santé publique. Il y a à peu près un décès par an de rougeole et le problème de la couverture vaccinale est plutôt celui des personnels de santé. En effet, au début de la vaccination contre la rougeole, nous pensions qu’une seule injection était nécessaire et la faible circulation du virus a mis en évidence qu’il fallait revacciner et que les personnels de soins étaient les premières victimes. Il est donc très important pour les personnels de soin de vérifier leur état d’immunisation contre le virus de la rougeole par la sérologie, pour éventuellement les revacciner. Concernant la méningite à méningocoque, le choix de vacciner simplement contre le méningo C , plutôt qu’un choix plus large de couverture méningococcique, correspond aussi à un état photographique de l’épisode épidémique français qui a commencé au début des années 2000. Là aussi, son implantation se fait graduellement depuis qu’il est recommandé. Enfin, le seul pour lequel il y avait un retard est celui contre l’hépatite B, on sait que ce retard a été dû à des prises de décision politiques précipitées qui ont jeté l’opprobre sur ce vaccin. Il est à noter que, si l’immense majorité des scientifiques ne croit pas qu’il y ait un lien entre la sclérose en plaques et le vaccin contre l’hépatite B, ou la myofasciite à macrophage et le vaccin contre l’hépatite B, il n’empêche que sur le plan judiciaire, la cour européenne de justice et le conseil d’Etat français en ont jugé autrement, ce qui montre bien que le problème de la vaccination n’est pas qu’une question de science. Le nombre de cas déclarés annuels d’hépatites B oscille entre 120 et 150 d’où est spéculé qu’il en existerait 1000 par an.

Dans la politique de vaccination, de mon point de vue, il est temps de se pencher sur les maladies infectieuses vraiment contagieuses et fréquentes pour lesquelles il existe un vaccin sur lequel notre politique est absente ou illisible. En pratique, les médecins qui pratiquent la médecine chez les enfants savent que les trois maladies infectieuses les plus courantes susceptibles d’être protégées par un vaccin sont la varicelle, la grippe et l’infection à rotavirus. Les vaccins qui en protègent sont actuellement extrêmement peu pratiqués, voire même pas remboursés. Pourtant, il a été montré récemment que la vaccination contre rotavirus diminuait d’à peu près un tiers les hospitalisations pour gastroentérite dans les pays développés. La varicelle touche 700 000 personnes par an en France et représente un danger considérable pour les immunodéprimés ; enfin, la grippe est le tueur viral le plus important et il a été démontré depuis longtemps que pour empêcher la circulation du virus grippal, la meilleure cible était les enfants jeunes qui sont les porteurs de virus les plus communs et les plus contagieux(1). Les américains recommandent la vaccination annuelle des enfants contre la grippe à partir de l’âge de 6 mois, contre la varicelle (depuis 10 ans) et contre le rotavirus. Je viens d’écrire un ouvrage qui explique qu’il faut revenir au temps de la réflexion plutôt qu’à s’engager dans des guerres idéologiques pour ou contre les vaccins, et que sauf à démontrer qu’il y a un péril imminent, le rôle de l’Etat est plus de conseiller les prescripteurs, qui seuls sont capables, dans un dialogue avec leurs patients, de prescrire les vaccins adéquats d’une façon qui sera acceptée. D’autant que le risque infectieux est dépendant du patient, les homosexuels masculins ont un risque de plus d’infection par les virus des hépatites A et B, par le papillomavirus, et par le méningocoque. Les femmes enceintes doivent être vaccinées contre la grippe et la coqueluche. Les sujets obèses contre la grippe. Ainsi, à côté de la vaccination massive des enfants, une vaccination à la carte devient nécessaire.
 

Reference List
(1) Raoult D., Recasens Olivia. vérité sur les vaccins. Michel fon.2018.
(2) Ward JK, Colgrove J, Verger P. France's risky vaccine mandates. Science 2017 Oct 27;358(6362):458-9.
(3) Verger P. boosters: A new French law that makes immunizations mandatory is not the only way to improve. Nature 553. 18-1-2018.
Ref Type: Magazine Article
(4) Colloca L. Nocebo effects can make you feel pain. Science 2017 Oct 6;358(6359):44.